Attert

Parc naturel de la Vallée de l'Attert

Michel Deshaies



  Sources Liens


D’une superficie de seulement 71 km², le Parc naturel de la vallée de l’Attert external link est de loin le plus petit parc naturel de Wallonie et de la Grande Région. Il jouxte au sud le parc naturel de la Haute Sûre-Forêt d’Anlier et à l’est est frontalier du Grand Duché de Luxembourg.

Créé en 1994, il ne comporte qu’une seule commune, Attert. Le territoire du parc correspond au bassin supérieur de l’Attert, un affluent de l’Alzette faiblement encaissé dans les couches sédimentaires de l’extrémité nord du Bassin parisien dégagées en cuestas.

Il s’étend sur un ensemble de plateaux entre 350 et 430 m d’altitude constitués de calcaires et de marnes. Ces terrains relativement fertiles sont en grande partie mis en valeur par l’agriculture, avec des bois qui ne couvrent qu’un tiers des surfaces.

De ce fait, la vallée de l’Attert contraste avec les régions fortement boisées qui s’étendent aussi bien au sud qu’au nord (forêt d’Anlier).


Carte : Parcs naturels

Parcs naturels

Michel Deshaies, Université de Nancy 2

Peuplement
La commune d’Attert regroupe 17 villages ou hameaux rassemblant 5167 habitants pour une densité moyenne de 73 hab/km². Les villages se trouvent tous dans les vallées de l’Attert et ses affluents. Au cours des dernières décennies, la proximité du Luxembourg a été favorable à l’essor du peuplement.

 

Parc naturel au pays de la Vallee de l Attert

Les paysages
Le parc naturel s’étend presque entièrement sur les terrains sédimentaires de l’extrémité nord du Bassin parisien, au contact avec le massif ardennais. Le principal relief est situé à la limite sud du parc, avec la cuesta du Grès du Luxembourg qui regarde vers le nord et domine de 100 m la vallée de l’Attert.

Les paysages entièrement boisés du plateau sommital de la cuesta contrastent avec les paysages agricoles du plateau qui s’étend au pied et dans lequel s’encaisse légèrement la vallée de l’Attert.

Si les paysages de prairies avec de plus en plus de cultures dans la partie est du parc prédominent, il subsiste toutefois plusieurs bois de petites dimensions. Il existe d’ailleurs un contraste paysager entre les champs ouverts au nord de la vallée de l’Attert, sur la retombée méridionale du massif ardennais et un paysage de bocage éclairci dans la partie sud, au pied de la côte de Grès du Luxembourg.

Malgré des dimensions très réduites, le parc naturel de la vallée de l’Attert offre donc une assez grande variété de paysages.

Projets
Du fait de l’importance des terres agricoles qui occupent plus de la moitié des surfaces, beaucoup de projets du parc concernent l’agriculture qui joue un rôle essentiel pour l’entretien des paysages. L’agriculture locale est orientée vers un système de polyculture -élevage bovin avec des prairies occupant les deux tiers de la superficie agricole. De nombreuses actions ont été menées dans le cadre du plan naturel de la vallée de l’Attert :

-    Encadrement de proximité des agriculteurs pour la gestion de certaines réserves naturelles, la gestion des fonds de rivière, les zones Natura 2000, la plantation de haies ou les jachères faune sauvage.

-    Faire évoluer les pratiques de fertilisation

-    Composter les fumiers

-    Soutien à la diversification et à la valorisation des produits locaux de qualité (organisation de marchés gourmands, de journées de promotion des produits attertois, création en 2007 d’un label « Régals de nos terroirs » en association avec le parc naturel de la Haute Sûre – Forêt d’Anlier.

Prairies et bocage éclairci au nord de Tontelange
Photo : © M. Deshaies 10/2010

Le village d’Attert
Photo : © M. Deshaies 10/2010

Pour favoriser la découverte du parc et le tourisme, un centre de visite « voyage au cœur de l’Attert external link » a été aménagé dans un ancien relais de poste à Attert. Les thèmes abordés sont la géologie, l'eau, l'agriculture d'hier et d'aujourd'hui, les énergies renouvelables, l'histoire et les traditions, l'habitat, la nature et les hauts lieux de la vallée.

Outre les animations pédagogiques, le parc organise régulièrement des chantiers de nature.

Le parc s’est investi dans le développement des énergies renouvelables : projet européen PôlEnergie (création d’un pôle de référence transfrontalier en énergies renouvelables), projet européen en biométhanisation, projet photovoltaïque sur l’école d’Attert, rénovation d’une éolienne de démonstration.

Plusieurs projets environnementaux sont également développés :

-    Création d’un verger conservatoire en 2007 sur les hauteurs du village de Post

-    Restauration des berges de l’Attert endommagées par le piétinement des bovins, entretien et rajeunissement de la ripisylve

-    Participation au contrat de rivière Attert external link en collaboration avec la Maison de l’Eau située à Redange, au Grand Duché de Luxembourg.

-    Mise en valeur des arbres remarquables

-    Aménagement en 2000 de 13 mares afin de favoriser le retour de la rainette arboricole sur le territoire du parc

-    Création de 7 réserves naturelles external link pdf

-    Rénovation et mise en valeur du petit patrimoine (lavoirs, crois, calvaires, arbres remarquables, etc.) 

Le village de Norbressart, aux confins ouest du parc
Photo : © M. Deshaies 10/2010

Liens externes 


Contrat de rivière Attert external link

Création de 7 réserves naturelles external link pdf

Parc naturel de la vallée de l’Attert external link

Voyage au cœur de l’Attert external link