Our

Parc naturel Our

Michel Deshaies


   Sources Liens


Si le parc naturel de l’Our external link n’a été fondé qu’en 2005, il existe néanmoins depuis 1964 un traité entre l’Allemagne et le Luxembourg à l’origine du parc naturel transfrontalier, le premier du genre en Europe.

La partie allemande correspond au parc naturel de l’Eifel du Sud (Südeifel) qui est l’un des tout premiers parcs naturels allemands créé en 1958.

Le parc de l’Our couvre une superficie relativement modeste de 306 km2 qui comprend la vallée de l’Our, la plus grande partie de la vallée de la Clerve et l’interfluve entre les deux cours d’eau qui constitue la partie la plus élevée de l’Oesling (ou Eislek en luxembourgeois) avec des altitudes dépassant 530 m et jusqu’à 560 m pour le point culminant situé sur la commune de Troisvierges.


Carte : Parcs naturels

Parcs naturels

Michel Deshaies, Université de Nancy 2

parc naturel our

Peuplement
Avec une population d’environ 13 800 habitants, le parc de l’Our présente une faible densité d’environ 45 hab/km2. Seule Vianden présente un caractère urbain et porte d’ailleurs le titre de ville depuis le Moyen-âge, malgré une population en 2008 d'à peine 1 700 habitants.

Clervaux est une bourgade plus modeste, même si la commune qui regroupe plusieurs villages du plateau compte au total un peu plus d’habitants que Vianden. L’une des caractéristiques de la répartition du peuplement est d’ailleurs que les vallées de l’Our comme de la Clerve sont dans l’ensemble peu peuplées, en dehors des noyaux d’habitat développés au pied de châteaux-forts (à Vianden comme à Clervaux) commandant des passages routiers.

Une partie importante du peuplement est sur le plateau, sous forme de hameaux ou de gros villages (par exemple, Heinerscheid ou Hosingen) implantés tantôt dans des vallons abrités, tantôt sur la surface plane sommitale.

Les paysages
Malgré la relative modestie des altitudes sommitales du plateau de l’Oesling, entre 500 et 550 m, les paysages se caractérisent d’abord par la vigueur des contrastes topographiques entre les fonds de vallée et les interfluves, en particulier le long de la vallée de l’Our dont l’encaissement atteint 300 m ; ce qui donne aux abords de cette vallée une physionomie de moyenne montagne.

La forte inclinaison des versants et la faible longueur des nombreuses vallées affluentes de l’Our qui dépassent rarement 3 km, multiplient les contrastes topographiques à courte distance et les versants sont presque entièrement boisés.

Les paysages très forestiers de la vallée de l’Our et de ses affluents, à l’aspect montagnard, contrastent d’autant plus vigoureusement avec les paysages agricoles très ouverts du plateau où les bois sont rares. 

Ce contraste se retrouve avec un peu moins de vigueur dans la partie ouest du parc où la vallée de la Clerve, sous-affluente de la Sûre, est un peu moins encaissée que celle de l’Our.

La vallée de l’Our et le lac de retenue du barrage de Vianden à Bivels
Photo : © M. Deshaies 2010

Le Château de Vianden
Photo : © M. Deshaies 2010

Dans le détail, le plateau de l’Oesling présente un étagement entre une surface inférieure, se tenant à environ 450 m d’altitude aux abords des vallées et une surface sommitale, dépassant 500 à 530 m. Alors que les prairies dominent sur la surface inférieure, la surface sommitale est entièrement dévolue aux cultures et présente un paysage très ouvert.

Les châteaux-forts dominant les vallées de l’Our (à Dasburg, Bivels et Vianden) et de la Clerve (à Clervaux et le Schüttburg à Consthum) contribuent au pittoresque et à l’attrait touristique des paysages de ces vallées plus ou moins transformées par les aménagements contemporains.

La vallée de la Clerve est suivie par la voie ferrée de Luxembourg à Troisvierges pour laquelle plusieurs tunnels ont été percés à travers les méandres encaissés. La vallée de l’Our par contre n’est une voie de passage que sur la partie sud de son tracé où elle est suivie par la N 10 entre Vianden et Dasburg.

Elle a surtout été profondément transformée depuis 1960 par la construction du barrage de Vianden, avec la constitution d’un lac de retenue de 8 km de long, dominé par un ensemble gigantesque de deux  réservoirs de pompage implantés sur le Mont saint-Nicolas à près de 300 m au-dessus du fond de vallée.

Projets
Parmi les projets actuellement (2011) développés dans le Parc naturel de l’Our, certains ont trait à la protection et à l’amélioration de la qualité des eaux de la rivière, alors que d’autres visent au développement du tourisme et à l’amélioration de l’habitat.

Le projet Nat’OUR
Dans le prolongement du projet INTERREG Ourtal (1999-2001), le projet Nat’OUR vise à reconstituer la continuité écologique de la rivière par la suppression de plusieurs petits barrages remplacés par des rampes en pierre. Certains affluents ont aussi été aménagés en remplaçant des canalisations sous des chemins par des gués.

Le contrat de rivière de l’Our
L’ensemble des communes et des acteurs du bassin de l’Our, en Belgique, au Luxembourg et en Rhénanie-Palatinat se sont engagés dans une réflexion commune pour protéger la nature et la biodiversité de la vallée.

Les randonnées premium transfrontalières et les ponts de randonnée du parc naturel germano-luxembourgeois : Ce projet INTERREG vise à améliorer les chemins de randonnée transfrontaliers en réalisant un système unique de signalisation, en réhabilitant 6 ponts pour la randonnée et en en construisant deux nouveaux sur l’Our.

La surface sommitale agricole de l’Oesling près de Marnach
Photo : © M. Deshaies 2010

La petite cité de Clervaux
Photo : © M. Deshaies 2010

Le projet INTERREG IV A : Habitreg.net
Le projet doit permettre de développer trois aspects spécifiques de l’habitat local :
1. l’adaptation de l’habitat aux changements sociaux et démographiques,
2. la maîtrise de l’habitat dans la structuration du territoire et
3. le lien entre l'habitat et la protection de l’environnement.

Il s’agit de rendre compte de la réalité des pratiques locales autour de l’habitat dans les trois régions partenaires, notamment par le recensement d'études, la collecte de données existantes, des entretiens auprès d’acteurs locaux et l’organisation de 3 séminaires de restitution et d’échanges dans chaque région partenaire début 2011.

Un cadre de rencontres et d’échanges sera ensuite donné aux acteurs et élus locaux pour pouvoir partager et diffuser des expériences innovantes. Le partenariat assurera l'évaluation et la capitalisation des échanges tout au long du projet: sites internet, publications, séminaires, etc.).

SIG régional Nord
L’objectif du projet est la mise en place d’un outil interactif d’aide à la décision qui facilite l’usage quotidien de données spatiales dans les syndicats et leurs communes membres.

Sources


Liens externes 


Parc naturel de l’Our external link