Pfälzerwald

Parc naturel Pfälzerwald

Michel Deshaies



  Sources Liens


Fondé en 1957, le parc naturel du Pfälzerwald external link est à la fois l’un des plus anciens et des plus grands parcs allemands. Avec une superficie de 1 798 km2 il couvre presque l’ensemble du massif boisé du Pfälzerwald et présente la particularité d’être le seul parc allemand frontalier de la France où il jouxte le parc naturel des Vosges du Nord qui s’étend lui-même sur 1 220 km2.

Ces deux parcs constituent ainsi le plus vaste ensemble d’espaces protégés de la grande région. Depuis 1998 ils ont été labellisés comme une réserve de biosphère transfrontalière.

Le parc naturel du Pfälzerwald s’étend entièrement en Rhénanie-Palatinat, sur le Landkreis de Südwestpfalz qui couvre la moitié de sa superficie, ainsi que sur une partie de ceux de Bad Dürkheim, Kaiserslautern, Donnersbergkreis, Südliche Weinstrasse et Pirmasens.Le développement du parc est depuis 1982 assuré par l’association  « Naturpark Pfälzerwald e. V. ». 


Carte : Parcs naturels

Parcs naturels

Michel Deshaies, Université de Nancy 2

Parc naturel Pfälzerwald

Membres de l’association Naturpark Pfälzerwald e. V. :
- Landkreise : Bad Dürkheim, Südliche Weinstraße, Südwestpfalz, Kaiserslautern et Donnersbergkreis

- Villes : Neustadt, Landau, Pirmasens et Kaiserslautern.

- Autres membres : Verein für Naturforschung und Landespflege Pollichia e.V., Pfälzerwald-Verein e.V., Schutzgemeinschaft Deutscher Wald e.V., "NaturFreunde Rheinland-Pfalz" e.V.,  BUND Rheinland Pfalz e.V., GNOR Rheinland-Pfalz e.V., Pferdesportverband Pfalz e.V., Deutsche Alpenverein e.V., Vereinigung der Pfälzer Kletterer e.V., Bezirksgruppe Rheinhessen-Pfalz des Landesjagdverbands Rheinland-Pfalz e.V., Deutsche Verband Abenteuersport Region Pfälzerwald e.V. , Stiftung Ökologie und Landbau ; Maria-Luise-Hatzfeld Stiftung.

Peuplement
Avec une population d’environ 160 000 habitants pour les 102 communes entièrement situées dans le parc, le peuplement présente une densité moyenne assez forte de 89 habitants au km2. Mais si l’on y ajoute les 39 communes (par exemple, Landau, Bad Dürkheim ou Pirmasens) dont seule une partie est située dans le parc on atteint environ 230 000 habitants pour une densité de près de 130 hab/km2 qui n’a cependant pas grande signification. En effet, alors que les communes situées entièrement dans le parc naturel s’étendent dans le plus grand massif boisé d’Allemagne et comptent parmi les communes ayant les plus faibles densités du pays, le rebord oriental du Pfälzerwald est une des régions rurales allemandes les plus densément peuplées.

Une succession de villes petites et moyennes comme Neustadt ou Bad Dürkheim et de gros villages forment une bande presque continue de forte densité. Cette forte densité du piémont se prolonge dans les principales vallées sortant du massif où se serrent des agglomérations industrielles développées sur la transformation des ressources forestières ou sur le textile.

Le rebord oriental du Pfälzerwald sur le Fossé rhénan près de Albersweiler 
Photo : © M. Deshaies 2010

Les paysages
Le Pfälzerwald est l’un des parcs naturels de la Grande Région présentant les paysages les plus homogènes. Constitué d’un bloc de grès du Buntsandstein soulevé plus fortement à l’est qu’à l’ouest, il domine le Fossé rhénan par un escarpement de 300 à 400 m d’énergie. Ce sont donc ces fortes dénivellations plus que l’altitude qui lui confèrent le caractère d’une montagne puisque l’essentiel du massif s’étend à moins de 500 m d’altitude ; seuls quelques sommets dépassant les 600 m.  

Rocher ruiniforme du Dahner Felsenland
Photo : © M. Deshaies 2010

En conséquence, les points culminants dont le Kalmit (673 m), sont tous situés sur la bordure orientale. Dans le détail, les couches gréseuses qui sont légèrement inclinées vers l’ouest, présentent des variations de faciès et de résistance.

On distingue ainsi pas moins de cinq couches conglomératiques formant des corniches plus ou moins puissantes comme celle des couches de Trifels qui porte le célèbre château-fort au-dessus de Annweiler, ou encore celle du conglomérat à Cornaline constituant le sommet du Kalmit.

L’érosion a exploité ces différences de résistance pour dégager une succession de talus armés par les faciès conglomératiques et regardant vers l’est. Ils dominent des dépressions dégagées dans les couches plus tendres où se situent la plupart des rares clairières du massif forestier.

Le Pfälzerwald est traversé de vallées fortement encaissées dont les cours d’eau s’écoulent soit vers le Fossé rhénan, soit vers la Blies et la Sarre. Les rochers gréseux donnant des formes ruiniformes particulièrement pittoresques dans le Dahner Felsenland s’étagent sur les versants des vallées, ou couronnent les sommets des montagnes. Ils contrastent avec des bassins excavés dans des couches gréseuses plus tendres.

De nombreux châteaux-forts aujourd’hui en ruines, ont été construits sur certains de ces rochers, en des emplacements permettant de contrôler des routes. Ils sont particulièrement nombreux sur le rebord oriental du massif et plusieurs d’entre eux qui ont joué un rôle significatif dans l’histoire de l’Allemagne (Trifels, Hambacher Schloss) comptent parmi les sites touristiques majeurs de la région.

En raison de la pauvreté des sols développés sur les grès, le Pfälzerwald présente un paysage où la forêt est omniprésente puisqu’elle couvre les trois quarts de la surface du parc. Cette forêt du Pfälzerwald est d’ailleurs le plus grand massif forestier d’Allemagne. Constituée à l’origine surtout de hêtres ainsi que  de chênes sur la bordure orientale beaucoup plus sèche, cette forêt a été très fortement « enrésinée » par les reboisements du XIXe s. Aujourd’hui, les pins constituent plus de la moitié des surfaces boisées. La forêt qui couvre presque entièrement les sommets des plateaux et les versants ne cède la place à l’espace agricole ou urbain que dans les fonds de vallée ou dans les dépressions excavées au pied des talus couronnés de conglomérat.

Paysage forestier du Pfälzerwald et château-fort de Trifels sur sa butte dominant Annweiler
Photo : © M. Deshaies 2010

Seules quelques rares clairières situées principalement dans la moitié ouest du massif interrompent le paysage forestier qui contraste fortement avec celui de l’escarpement oriental dominant le Fossé rhénan. Toute la partie inférieure de l’escarpement, ainsi que le glacis en pente douce qui le prolonge, est couvert par le plus grand vignoble d’Allemagne que suit la route des vins méridionale (Südliche Weinstraβe).

Diemerstein
Photo : © M. Deshaies
2010

Objectifs et projets du parc naturel :
L’association du Naturpark Pfälzerwald e. V. qui est responsable du développement du parc naturel et de la réserve de biosphère a pour objectif de « préserver et d’entretenir la spécificité, la beauté et la valeur récréative de ce paysage et de faire de cette région une région modèle de la relation entre l’homme et la nature au sens du programme MAB (Man and Biosphère) de l’UNESCO ».

Le Pfälzerwald s’attache à développer le tourisme durable conformément à la charte européenne sur le tourisme durable dans les espaces protégés et a défini un schéma des grandes lignes du développement futur external link pdf. Il s’agit en premier lieu d’adapter son offre touristique aux nouvelles tendances du tourisme et à l’évolution des demandes d’une population en moyenne plus âgée et plus active.

Cette offre touristique qui propose la combinaison de reliefs forestiers favorables aux activités de randonnée et d’un vignoble offrant un cadre propice à la gastronomie est aussi riche de lieux culturels comme les nombreux châteaux-forts dont certains (Trifels, Hambach) comptent parmi les hauts lieux de l’histoire allemande. Les objectifs du schéma touristique en ce qui concerne le paysage consistent à :
- Combiner, partout où cela est possible, la protection et l’utilisation du paysage humanisé.

- Orienter de façon supportable pour l’écologie l’utilisation touristique de la nature et du paysage.

- Conserver l’alternance de forêts et de paysages ouverts typique du Pfälzerwald. Une attention particulière doit être portée à la préservation des prairies de fond de vallée, des friches viticoles et des vergers ainsi que des étangs.

- Favoriser le développement de boisements variés, adaptés au climat et proches de l’état naturel

- Empêcher la dégradation du paysage par le mitage.

Parmi les projets mis en œuvre afin d’atteindre ces objectifs :

- l’entretien des surfaces agricoles en friche par le pâturage d’espèces bovines robustes et plus récemment par des troupeaux de moutons dont le soutien à l’élevage est l’objet d’un projet actuellement en cours de développement (Pfälzerwald-Lamm-Initiative external link pdf)

- l’entretien des vergers et la labellisation de produits locaux comme les jus de fruit des vergers

- l’entretien des boisements anciens de pins, de chênes et de hêtres, le renouvellement des bois de châtaigniers sur la bordure du Haardt, la reconstitution des formations arborées typiques de fond de vallée

- le dégagement de la couverture forestière des rochers remarquables et des ruines de châteaux-forts et l’entretien de prairies rases dans l’environnement de ces sites remarquables.

Teufelstisch, Hinterweidenthal
Photo : © M. Deshaies 2010

Drachenfels, Bad Dürkheim
Photo : © M. Deshaies 2010

De nombreux projets menés par le parc se font en collaboration avec le parc naturel des Vosges du Nord avec lequel le Pfälzerwald constitue la réserve de biosphère. C’est le cas par exemple des marchés paysans franco-allemands qui depuis 1999, se tiennent alternativement des deux côtés de la frontière et visent à soutenir la production et la commercialisation de produits régionaux de qualité.

Un autre projet mené sur la rivière Sauer dans le cadre de l’INTERREG-III-A, a consisté à établir diagnostic de la rivière et de sa plaine alluviale (hydrologie, qualité des eaux, morphologie, influences anthropiques, utilisations, entretien, évolution) et à en présenter en 2006 les résultats auprès des services, des collectivités et des associations responsables des cours d’eau.

Le parc a aussi formé des guides certifiés de la nature et des sites remarquables que les touristes peuvent contacter directement par mail. Parmi les projets récents, on peut signaler l’aménagement en 2009 d’un sentier de découverte praticable par les handicapés autour de l’étang du Eiswoog à Ramsen, dans le nord du Pfälzerwald. Il est aussi possibles pour les personnes souffrant d’un handicap de mobilité d’effectuer un tour en bâteau sur l’étang.

Liens externes 

Leitbild Naturpark Pfälzerwald external link pdf

Naturpark Pfälzerwald external link

Pfälzerwald-Lamm-Initiative external link pdf