Longwy

KE010 Faïencerie de Longwy

Faïencerie de Longwy

1798 - 1977

F-54400 Longwy

terre de pipe, faïence fine

Faïencerie de Longwy-Bas, anc. carte postale, coll. jmo
Source : industrie.lu external link
 

Emile Decker

Cette importante manufacture lorraine a été créée en 1798, par Régnier, Androuet, Clauteau, et Chevalier qui rachètent le couvent des Carmes, vendu comme bien national. La période est peu propice à la création d’une nouvelle manufacture dans la proximité de la faïencerie de Septfontaines, ainsi l’entreprise connaît une première faillite en 1805 ; Régnier décide de poursuivre l’exploitation seul. En 1815, Régnier vend à Antoine de Nothomb, un homme d’affaire qui épouse Marie-Catherine Boch, sœur du propriétaire de Septfontaines, en 1818.

La qualité de la production semble assurée, l’entreprise remporte des prix aux expositions régionales. La terre de pipe est décorée de motifs peints, certains sont empruntés à Septfontaines, comme la brindille Chantilly, l’entreprise possède une belle gamme de frises néo-classiques comme le montre l’assiette à échantillon conservée au musée de Longwy.

En 1835, à la mort d’Antoine de Nothomb, sa fille Marie-Christine de Nothomb qui a épousé Henri-Joseph d’Huart, hérite de la faïencerie. On introduit sur le site des fours à houille à partir de 1838 ; des recherches sont faites et en 1844, D’Huart dépose un brevet pour l’utilisation des gaz de haut-fourneau pour cuire la céramique.

Fernand-Raoul d'Huart, vers 1890, coll. Musée Saint Jean L'Aigle, Longwy
Photo : © Christian Thévenin

Assiette en faïence fine à décor imprimé, Longwy, coll. privée
Photo : © Christian Thévenin

L’adoption des techniques de transfert d’impression permet de produire des objets décorés en grande série. La ville est reliée au chemin de fer en 1863.
En 1866, Fernand et Hippolyte d’Huart succèdent à leur père.

La modernisation se poursuit et les ateliers d’art sont confiés à l’artiste Charles Longuet ; les décorateurs introduisent les techniques de la barbotine, brocatelles, majolique et dès 1873, des émaux en reliefs cernés ; cette production connaît un engouement très grand auprès du public ; elle est remarquée à l’exposition Universelle de paris en 1878. Des artistes comme Eugène Carrière, Carl Schuller, Onésime Croisy, Charles Rudhart collaborent avec la manufacture.

En 1901, la société d’Huart frères devient Société Anonyme des faïenceries de Longwy. Pendant la Première Guerre mondiale, la ville de Longwy connaît l’occupation allemande et l’activité de la faïencerie est au ralenti ; la manufacture subit de gros dégâts, 43 obus tombent sur l’usine.

Vers 1923, l’activité reprend son niveau d’avant-guerre. L’effectif atteint le nombre de 430 ouvriers. Son capital est de 1 600 000 francs. La période de l’Art déco est particulièrement créative. La manufacture travaille avec les grands magasins : Le Printemps et Primavera, Le Bon Marché et Pomone, La Samaritaine, les Galeries Lafayette. La direction artistique est assurée par Raymond Chevallier puis par Maurice-Paul Chevallier.

La manufacture est frappée par la crise après 1929. On recourt au chômage partiel. En 1939, au moment de la déclaration de la guerre, l’activité cesse et on assiste à l’exode d’une partie du personnel.

Après la Seconde Guerre mondiale, la concurrence se fait de plus en plus forte ; on abandonne une grande partie des bâtiments et la production se concentre dans le château de direction.

En 1977, la Société des faïenceries de Longwy cesse son activité ; quelques années plus tard, de nouvelles entreprises prennent la relève : la manufacture Saint Jean l’Aigle, la société nouvelle des faïenceries et émaux (1978) acquise en 1991 par la famille Kotska, la coopérative ouvrière des Récollets (1985), la société des Céramiques d’art de Longwy (1988).

Assiette en faïence fine décor Henri II vers 1885, Longwy
Photo : © Christian Thévenin

 

Sources


Dreyfus, D. 1987 : Longwy - La belle histoire des assiettes à histoires, Ed. Serpenoise, Metz

Dreyfus, D. 1992 : Faïences de Longwy, Ed. Massin, 95 p.

Dreyfus, D. 1989 : Longwy - émaux et faïences : les marques - les signatures, Longwy, 101 p.

Dreyfus, D. Emaux de Longwy, Ed. Massin, Paris s.d, 95 p.

Janot, J.M., Peiffer, J. et Jacob, A. 1977 : Vosges - Longwy - Toul, ABC décor, numéro hors-série, Avril 1977, Paris, 87 p.

Peiffer, J. 1985 : Les faïences anciennes du pays de Longwy, Thionville, Klopp

Peiffer, J. 1990 : Longwy, dans: Céramique lorraine, Chefs-d’œuvre des XVIIIe et XIXe siècles, ouvrage collectif, Conseil régional de Lorraine, Presses universitaires de Lorraine/Serpenoise

Peiffer, J. 1995 : Émaux, d’Istanbul à Longwy, Thionville et Metz, Klopp

Peiffer, J. 1998 : Longwy, Faïences et émaux, 1798-1998, Metz, Serpenoise

 

Liens externes


Musée Saint Jean l'Aigle, Herserange (Longwy) external link

- Top -