Ottweiler

KE021 Manufacture de porcelaine d'Ottweiler

Manufacture de porcelaine d'Ottweiler

1763 - 1800

D-66564 Ottweiler

Porcelaine, faïence fine

Plate en porcelaine de la manufacture d'Ottweiler pour la cour de Nassau-Sarrebruck, 18e siècle
Photo : © R. Jansen, arsceramica
external link
 

Emile Decker

La manufacture d’Ottweiler est un exemple de ces créations d’établissements nés de la volonté d’un prince qui voit dans la production de porcelaine sur ses terres, une source de prestige.

C’est en 1763 que Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebruck confie le développement de la production de la porcelaine à Dominique Pellevé, originaire de Rouen, qui accepte de révéler ses secrets et de travailler dix ans à Ottweiler. Mais l’arcaniste déçoit vite le prince.

A une date inconnue, le sculpteur et céramiste Paul Louis Cyfflé, installé dans la ville de Lunéville, est contacté par le prince pour venir travailler à Ottweiler mais l’accord n’aboutit pas. Le 28 septembre 1767 Dominique Pellevé quitte précipitamment Ottweiler.

Quelques mois plus tard, le prince confie la gestion de l’établissement à Charles Gottlieb Grahl. Mais Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebruck décède en juillet 1768. Son successeur hérite d’une dette importante de 2 millions de gulden. Il décide alors d’affermer la manufacture.

Prince Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebruck (1718-1768)
Source : Saarlandmuseum

Soupière en porcelaine de la manufacture d'Ottweiler, 18e siècle 

Le 13 avril 1769 : la manufacture est confiée en fermage à René-François Joly de Nancy et Nicolas Leclerc de Dieuze. Charles Grahl démissionne. Le contrat avec Joly et Leclerc prend fin en 1786. La période qui suit est assez peu connue par les archives ; c’est une époque où la faïence fine remplace progressivement la porcelaine.

En 1789 le baron Jean-Philippe de Treba devient locataire mais il ne parvient pas à rétablir la situation. En 1800 l’activité cesse, une partie du matériel de production et des ouvriers, comme le modeleur Gerstenmeyer, rejoignent la faïencerie de Sarreguemines.

La manufacture d’Ottweiler a produit des objets de très haute qualité pour la cour de Nassau-Sarrebruck. Les formes de style rocaille sont copiées de l’argenterie de l’époque.

Parmi les décors, il faut noter les fleurs allemandes peintes au naturel, proches de celles de Meissen ; les rehauts d’or sont fréquents. Les motifs de paysages avec ruines sont également privilégiés, tout comme les scènes mythologiques ou les scènes galantes à la manière de Watteau.  

Les sources des décors sont recherchées dans les recueils de gravures de l’époque, notamment ceux de Johann Esaias Nilson. Les marques sont peintes : N.S. pour Nassau-Sarrebruck. La faïence fine est laissée le plus souvent en blanc ; elle comporte fréquemment des prises modelées avec grand soin.

 

Sources


Kessler-Slotta, Elisabeth 1980 : Ottweiler Porzellan Saarbrücken

Ottweiler 2000 : Catalogue de l’Exposition Ottweiler Porzellan du 7 mai au 16 juillet 2000 à Ottweiler, sous la direction de Christoph Trepesch, Worms

- Top -