Smet

KE071 Manufacture des Passettes à Andenne

Manufacture des Passettes à Andenne

1830-1864

B-5300 Andenne
quartier des Passettes

Faïence fine, porcelaine


Emile Decker

 

Différents propriétaires se sont succédé dans cette manufacture :

1830-1833 : Faïencerie Smet
Cette entreprise créée en 1830 est dirigée par Smet. Elle produit de la faïence fine.

1833-1845 : Atelier Nihoul
Joseph Nihoul s’associe à la veuve Smet et s’installe dans cette faïencerie. Ses marques sont J Nihoul et N.J.

1848-1859 : Atelier Lapierre
Antoine-Joseph Lapierre et son fils Edouard installent un atelier de peinture et travaillent pour la manufacture Winand.

1859-1863 : Manufacture Camille Renard
Camille Renard, natif de Liège, a effectué des études d’ingénieur ; en 1856, il dirige la Société métallurgique d’Andenelle. En 1859, il rachète l’atelier de Lapierre et engage des artistes réputés de Limoges et de Paris, dont Guillaume Jacobs.

La production est d’une très haute qualité : services de table en porcelaine, objets de décoration, vases et une très belle série de statuettes polychromes. Mais Camille Renard agit en mauvais gestionnaire et doit fermer sa manufacture au bout de quatre ans.

Il utilise la marque « CRS » pour Camille Renard-Steinbach. Steinbach étant le nom de sa belle-famille dont les investissements avaient été déterminants au moment de la création de l’entreprise.

1863-64 : Manufacture Jules Dothée
Jules Dothée rachète la manufacture Renard après sa fermeture, mais sa production sans grande qualité doit vite fermer elle aussi.


Sources


Genard, Guy 2004 : Ressemblances et différences dans les manufactures belgo-luxembourgeoises de terres de pipe des 18 et 19e siècles. Volume I. Les décors „Bouquets“ et „Trèfle“, Liège, 160 p.

Hauregard, Léon 2007 : L’extraction de la derle blanche dans le Condroz, dans Série Blanche. La céramique, naissance d’une industrie au cœur de l’Europe, p. 167 à 169, Virton, Sarreguemines

Lemoine, René 1997 : La première manufacture de porcelaine d’Andenne (1810-1822), dans Annales du cercle Hutois des sciences et des Beaux-Arts, Tome LI, 122e année

Marien-Dugardin, A.M. 1975 : Faïences fines, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, 276 p

Mordant,  Robert 1993 : Andenne, Fille de blanche derle, 1993, 140 p.

Mordant,  Robert 1997 : La porcelaine d'Andenne et ses marques, Andenne, 140 p.

Mordant,  Robert 1999 : La pipe en terre d'Andenne et ses marques, Andenne, 166 p.

Pringiers, Baudhuin 1999 : Faïence et porcelaine en Belgique 1700-1881, Bruxelles, 208 p.

Trobec, A. 1980 : La céramique andennaise au 19e siècle, Université catholique de Louvain, Mémoire dactylographié

 


Emile Decker

 

Différents propriétaires se sont succédé dans cette manufacture :

1830-1833 : Faïencerie Smet
Cette entreprise créée en 1830 est dirigée par Smet. Elle produit de la faïence fine.

1833-1845 : Atelier Nihoul
Joseph Nihoul s’associe à la veuve Smet et s’installe dans cette faïencerie. Ses marques sont J Nihoul et N.J.

1848-1859 : Atelier Lapierre
Antoine-Joseph Lapierre et son fils Edouard installent un atelier de peinture et travaillent pour la manufacture Winand.

1859-1863 : Manufacture Camille Renard
Camille Renard, natif de Liège, a effectué des études d’ingénieur ; en 1856, il dirige la Société métallurgique d’Andenelle. En 1859, il rachète l’atelier de Lapierre et engage des artistes réputés de Limoges et de Paris, dont Guillaume Jacobs.

La production est d’une très haute qualité : services de table en porcelaine, objets de décoration, vases et une très belle série de statuettes polychromes. Mais Camille Renard agit en mauvais gestionnaire et doit fermer sa manufacture au bout de quatre ans.

Il utilise la marque « CRS » pour Camille Renard-Steinbach. Steinbach étant le nom de sa belle-famille dont les investissements avaient été déterminants au moment de la création de l’entreprise.

1863-64 : Manufacture Jules Dothée
Jules Dothée rachète la manufacture Renard après sa fermeture, mais sa production sans grande qualité doit vite fermer elle aussi.


Sources