Exploitation du charbon

Essor et déclin de l'exploitation du charbon (synthèse)

Malte Helfer (2008)

      Sources Liens

Introduction


Les ressources de charbon de la Grande-Région se situent sur les gisements Wallon et Sarro-lorrain. L’exploitation du charbon a commencé dans le Borinage et dans la région de Liège au cours 11e et 12esiècles. Après la fermeture du dernier charbonnage Wallon en 1984 et de la dernière mine de Lorraine en 2004, le charbonnage Saar à Ensdorf était le dernier de la Grande-Région jusqu'à sa fermeturen en juin 2012.

Synthèse


L’exploitation de la houille joue un rôle particulier dans la création de la Grande Région. Le Traité CECA, conclu en 1951, constitua le premier pas sur le chemin de l’Union Européenne. La région Saar-Lor-Lux, tracée en 1969 par le président-directeur général de la Saarbergwerke AG, constitua le stade préliminaire de la Grande Région.

Les ressources de charbon de la Grande Région se partagent entre deux gisements : Le sillon houiller Haine-Sambre-Meuse avec le Borinage, le Centre, le Pays Noir et le bassin de Liège, et le gisement Sarro-lorrain entre Neunkirchen et l’est de la Lorraine.

Après les Romains, rien n’indique que la houille ait été exploitée avant le haut Moyen Age ; dans le Borinage et dans la région de Liège au 11e siècle, dans le Centre vers la fin du 12e siècle, dans le Pays Noir dans la moitié du 13e siècle et en Sarre en 1430. En Lorraine, étant donné la profondeur des couches, le charbon n’a été trouvé qu’à partir de 1817.

Carte : L'exploitation du charbon

Steinkohlenbergbau

Malte Helfer, Université du Luxembourg

Fief de Lambrechies / Couchant de Mons
Source: Ancienne carte postale

Au 18e siècle, les couches de charbon proches de la surface se sont petit à petit épuisées. L’introduction de la pompe à feu dès 1721 a permis de surmonter les venues d’eau croissantes et, ainsi, de progresser en profondeur. Les investissements nécessaires ont engendré les premières fusions et cessations d’activités.

L’essor de l’exploitation a commencé en Borinage : 375 000 tonnes étaient déjà extraites en 1789. L’industrialisation aidant, le besoin en charbon s’est accru, ce qui a incité à construire des canaux et dès la moitié du 19e siècle à étendre rapidement le réseau du chemin de fer.

Avec la conquête des marchés suprarégionaux, l’apogée des charbonnages commença et l’extraction s’est accrue rapidement. Ainsi, au milieu du 19e siècle, le Borinage est le bassin le plus important du continent tandis qu’à Liège, l’essor n’a commencé qu’en 1830, en Sarre en 1850, en Lorraine en 1900.

Dès 1920, des combustibles concurrents ont fait leur apparition, ce qui a impliqué la modernisation et la fusion de nombreux charbonnages wallons. La Grande Dépression de 1930 a provoqué en Wallonie et en Sarre une première vague de fermetures de mines. En revanche, en Lorraine les nouveaux charbonnages engendraient une augmentation de l’extraction.

Après la 2nde guerre mondiale, les mines belges à peine endommagées ont rapidement repris leurs activités. La « Bataille du Charbon » provoqua un deuxième pic de l’extraction au début des années 1950. En France, à cause des graves destructions, les mines ont été nationalisées. Après la guerre, et jusqu’à son intégration à la R.F.A en 1957, la Sarre était sous administration française.

Altenwald / Saarland
Source: Saarlandmuseum

La Houve / Lorraine
Source: P. Jegentowicz / J. Urek

L’épuisement des bassins wallons s’est petit à petit accentué jusqu’à la fin de la 2nde guerre mondiale. Les conditions défavorables d’exploitation des gisements ne permettaient pas une mécanisation conséquente. Aussi, après la signature du traité CECA, le charbon wallon est devenu trop cher pour rivaliser avec celui des pays voisins, ce qui a entrainé une vague nouvelle de fermetures. La houillère lorraine au contraire a connu sa courte floraison pendant l’après-guerre et a trouvé son apogée avant 1956.

Dès 1957, la crise du charbon a engendré des rationalisations continuelles et la fermeture de la plupart des charbonnages en Wallonie et en Sarre. Grâce à la modernisation de ses installations immédiatement avant la crise, la Lorraine est parvenue à échapper à ce mouvement jusqu’en 1972.

Du fait de l’introduction du système intégré de haveuses à doubles tambours en Lorraine et en Sarre dès la fin des années 1960, la productivité a une fois de plus augmenté considérablement. Néanmoins, le déclin de la houillère a du être enrayé par des subventions publiques. L’allègement n’a été que temporaire pendant les crises du pétrole des années 1970. Les subventions publiques étant de plus en plus réduites dès 1996, les derniers charbonnages se voyaient progressivement contraints à la fermeture.

En Wallonie, Sainte Catherine du Roton fut le dernier charbonnage à fermer en 1984, en Lorraine, ce fut La Houve, en 2004. En Sarre, le dernier charbonnage de la Grande Région, la mine Saar external link à Ensdorf, ferma ses portes fin juin 2012. Au total dans le bassin Wallon 2 milliards de tonnes de charbon ont été extraites, en Sarre 1,5 milliards et en Lorraine 800 millions de tonnes.

texte intégral

- Top -