Zone frontière A / L

Zone frontière Allemagne / Luxembourg

 

Daniel Ullrich

      Sources Liens

 


La frontière avec l'Allemagne s’étend de Schengen, dans le sud, à Lieler dans le nord du Grand-Duché. Côté allemand, elle est bordée par le Land de Sarre et le Land de Rhénanie-Palatinat.

On dénombre un total de 58 stations-services le long de la frontière de 135 km. Le degré de concentration des pompes à essences dépend en premier lieu de l’emplacement et de son accessibilité par le réseau de transport allemand.

Dans les lieux reliés au réseau routier allemand via l’autoroute et la route nationale (Schengen/Remerschen, Grevenmacher et Mertert-Wasserbillig), le nombre de stations-services est sensiblement plus élevé que dans les localités uniquement accessibles depuis l’Allemagne par des routes nationales et/ou départementales.

Carte: Tourisme de la pompe

 

Carte: Tourisme de la pompe

Daniel Ullrich, Saarbrücken

La commune de Remich constitue un cas à part. Bien que la localité ne soit pas directement desservie par l'autoroute, elle a vu s’établir un nombre excessif de nouvelles stations-services. Ce phénomène tient à l’importance que la commune a revêtue dans le passé. En 1984, Guy Schmidt faisait déjà observer que Remich comptait parmi les postes frontières connaissant le volume de trafic le plus élevé. Depuis l’ouverture du tronçon de l’autoroute A8 en 2003, ce point de passage frontalier n’a plus toute sa valeur mais continue tout de même de bénéficier d’une forte fréquentation des travailleurs frontaliers et des touristes de la pompe.

Compte tenu de leur suréquipement en stations-services, les localités frontalières de Schengen/Remerschen, Remich et Mertert-Wasserbillig font l’objet d’une étude séparée (cf. tableau 1). La commune de Remich dispose de neuf stations-services, Schengen/Remerschen dispose de dix, la localité Mertert-Wasserbillig en compte même treize. La mise en rapport du nombre de stations-services avec le nombre d’habitants des différentes localités permet de prendre conscience de l’ampleur de leur suréquipement en pompes.

Une étude comparative détaillée entre la commune Mertert-Wasserbillig et la ville de Trèves, réalisée par Naumann en 2004, met en lumière la dimension du phénomène. Ces deux localités comportent un nombre identique de stations essence. Le recensement du nombre de stations à Mertert-Wasserbillig inclut toutefois les stations-services des autoroutes dans la mesure où elles sont également fréquentées par les touristes de la pompe en raison de leur bonne accessibilité.

Tableau 1 : Comparaison du nombre d'habitants et du nombre de pompes à essence dans les localités frontalières Schengen/Remerschen, Remich et Mertert-Wasserbillig, au Luxembourg 2009
Source : SYVICOL 2009, actualisé

Le tableau 2 révèle que le nombre de pompes à essence, c’est-à-dire également leur capacité maximale possible ainsi que, plus particulièrement, le rapport entre le nombre d'habitants et les stations essence présentes à Mertert-Wasserbillig sont nettement supérieurs à ceux de la ville de Trèves, en Rhénanie-Palatinat, distante d'à peine 14 km et dotée d’une population 30 fois plus élevée.

En appliquant la comparaison à la ville de Merzig, en Sarre, le rapport "nombre d'habitants par station essence" donne des résultats similaires. La ville de Merzig est située à environ 22 km à vol d’oiseau de la frontière germano-luxembourgeoise et constitue le deuxième plus grand centre d’approvisionnement sarrois à proximité de la frontière.

La ville dispose de quatre stations-services équipées d'un total de 26 pompes. Calculé sur la base d'un nombre de 30 831 habitants (chiffre relevé en 2008), le rapport obtenu est équivalent à une pompe pour 1 186 habitants. La petite localité frontalière de Schengen, hors commune de Remerschen, dispose pour sa part de plus de sept stations-services, équipées en tout de 59 pompes, pour une population de 1 201 habitants, ce qui correspond à un rapport d'environ une pompe pour 20 habitants.

Pour obtenir des informations plus précises sur la fréquentation des services d’approvisionnement en carburant et des régions d'origine des clients, des recensements sur les véhicules ont été effectués dans un certain nombre de stations-services de chacun des trois communes (Schengen/Remerschen, Remich et Mertert-Wasserbillig).

Le premier lieu étudié, Schengen/Remerschen, se situe à proximité immédiate des frontières allemande et française et est accessible depuis l'Allemagne via l'A8 et la route nationale B407, ainsi que depuis la France via la route nationale N153 et la départementale D959.

Avec une population de 1 602 habitants (chiffre relevé au 01/01/2008), la double localité compte dix stations-services équipées d’un total de 101 pompes, ce qui correspond à une moyenne de 16 habitants par pompe.

Une station-service du groupe ESSO située à Remerschen, près de Schengen, a été choisie pour cette étude d’observation. La station a été érigée en même temps que les travaux d’aménagement de l'autoroute A8/A13 en 2003 et se trouve à proximité immédiate de la sortie. Elle dispose de 18 pompes dont deux sont spécialement destinées aux poids lourds.

Par ailleurs, la station possède une boutique occupant une surface d'environ 180 m² composée d’un espace bistrot et d’un large rayon de produits de tabac, café, boissons, sandwiches, etc. Le parking attenant se compose d'environ 25 places destinées aux véhicules particuliers et de près de 8 places réservées aux poids lourds.

Le recensement date du début du mois de mars 2009. La station-service enregistre en moyenne un passage de 289 véhicules par heure. Les poids lourds ont fait l’objet d’un comptage séparé. Ils fréquentent la station à raison d’un nombre d'environ 18 véhicules par heure, et représentent donc 6 % environ seulement de l’ensemble des véhicules recensés.

On peut supposer que les poids lourds qui traversent le Grand-Duché de Luxembourg préfèrent se ravitailler dans les stations-services des autoroutes, étant donné que ces dernières présentent des avantages notables, en termes d’équipement et d’emplacement, par rapport aux stations situées à proximité des frontières ou à l’intérieur du pays.

Tableau 2 : Comparaison de la situation des stations-services à Mertert-Wasserbillig et à Trèves en 2004
Source : Naumann 2005, modifiée

Les chiffres mettent en lumière l’énorme potentiel de vente de la station-service qui profite d’un emplacement favorable à la sortie de l’autoroute et à proximité immédiate de la frontière. Les chiffres sont tout autres dans la localité de Schengen située à environ 1,5 kilomètres et abritant elle même 7 stations-services. Conformément au postulat relatif au choix du centre le plus proche, il est à supposer que cette station est fréquentée par une large part des clients sarrois en raison de la proximité directe de la sortie d'autoroute.

Outre le carburant, les ventes de la boutique sont également considérables. Des entretiens menés avec d'autres exploitants de stations-services révèlent que les ventes de biens non pétroliers représentent près de 50 % de l’ensemble du chiffre d'affaires.

La part des touristes de la pompe qui fréquentent cette station-service reste incertaine en l’absence d'études empiriques. Les numéros d'immatriculation relevés permettent toutefois de connaître la part des clients qui proviennent des communes allemandes voisines et du département français de la Moselle, et de mesurer le degré de fréquentation de la station-service par les clients allemands et français.

Au cours de la période de l’étude, la part des clients allemands s’est élevée à 79,2 %. 14,1 % des véhicules recensés venaient de France (à deux kilomètres seulement de la frontière). Les plaques d'immatriculation françaises ont permis de constater qu’une large part des véhicules (89 %) provenait du département 57, qui correspond au département Moselle situé à proximité immédiate de la frontière luxembourgeoise. Seuls 6,7 % des véhicules enregistrés venaient du Grand-Duché.

Enregistrement par district des voitures particulières immatriculées en Allemagne à la station-service ESSO de Remerschen (sortie A8/A13), enquête réalisée par l’auteur

La répartition des véhicules allemands selon les districts dont ils proviennent conduit au résultat suivant (cf. graphique) : fait non surprenant, les véhicules en provenance de la Sarre sont largement représentés (env. 88 %).

La part des voitures immatriculées dans les districts sarrois les plus proches de la frontière, Sarrelouis (SLS) et Merzig (MZG), s’est élevée à elle seule à environ 63 %, un phénomène attribué notamment à l’accessibilité directe de la station via l'autoroute.

13,1 % des clients se sont déplacés de la communauté urbaine de Sarrebruck (SB et VK) pour faire le plein d’essence à Schengen. 4,8 % provenaient du district de Neunkirchen (NK) et 5,1 % de St. Wendel (WND). L’arrondissement de Sarre-Palatinat (HOM et IGB), le plus éloigné de Schengen, était la zone de provenance de 2,4 % des véhicules enregistrés.

8,9 % des clients venaient des districts de Rhénanie-Palatinat Trèves/Trèves-Sarrebourg (TR), Zweibrücken (ZW), Pirmasens (PS), Kaiserslautern (KL) et Kusel (KUS). 3 % des clients seulement étaient issus de régions situées à plus de 250 km de la frontière luxembourgeoise.

Le deuxième recensement a été réalisé dans la localité luxembourgeoise de Remich. Située également à proximité immédiate de la frontière germano-luxembourgeoise, cette commune est accessible depuis l’Allemagne via les routes nationales B406/E29 et B419. Remich compte une population de 3 153 habitants et dispose de 9 stations-services équipées d’un total de 76 pompes, ce qui correspond à un rapport de près de 40 habitants par pompe.

Les stations essence se concentrent le long de la route de l’Europe sur une longueur d’environ 200 mètres. Du côté allemand, la dernière station-service se situe à Mettlach, commune distante de 20 kilomètres, ce qui contraint bon nombre de frontaliers d’Allemagne à faire le plein de carburant à l’étranger. Le recensement a été effectué au début du mois de mars 2009 dans la station-service Total et dans l'Autocenter Goedert. La station Total est équipée de 12 pompes, alors que l'Autocenter Goedert n’en compte que 6.

Bien que la station Total soit deux fois plus grande, la plupart des véhicules se sont dirigés vers l'Autocenter Goedert. Etant indépendante, cette station-service est en mesure de vendre le carburant à des tarifs plus avantageux que la concurrence. Elle propose de surcroît un système de rabais qui attire manifestement les clients.

La station essence assure également sa promotion à l’échelle transfrontalière, notamment dans la presse locale sarroise. La station voisine Shell n’a pas non plus bénéficié, le jour de l’enquête, d’un taux de fréquentation aussi élevé que l'Autocenter Auto Goedert.

Pendant qu'un maximum de trois pompes était occupé dans les stations Total et Shell, l'Autocenter Goedert tournait constamment à plein régime. Une file de véhicules était souvent observée jusque sur la route de l’Europe.

Au cours de la période de l’étude, la station service Total et l'Autocenter Goedert ont enregistré en moyenne un passage d’environ 172 véhicules par heure. Au cours de la période de l’étude, la part des clients allemands s’est élevée à 88,2 %. 5,7 % des clients venaient de France, dont 94 % du département de la Moselle. Les 6,1 % restants étaient en provenance du Luxemburg ou d’autres pays.

La figure 2 présente le classement des clients allemands selon leur district d'origine : le graphique permet de constater une fois de plus sans surprise que les véhicules sarrois sont largement représentés. Des différences importantes concernant la répartition des clients selon la région d’origine sont toutefois observées par rapport aux résultats obtenus dans la localité de Schengen distante de 10 kilomètres.

Les districts les plus proches, Merzig (MZG) et Sarrelouis (SLS), occupent une place différente par rapport au classement obtenu à Schengen. Environ 37,4 % des véhicules proviennent du district de Merzig. Les véhicules immatriculés dans le district de Sarrelouis ne représentent que 21,1 % des fréquentations, alors qu’ils constituent, avec une part de près d'un tiers, le premier groupe de véhicules allemands enregistrés à Schengen.

Ce résultat est attribué à l’accessibilité des stations par le réseau routier. L’aménagement de l’A8 à Schengen facilite l’accès pour les touristes de la pompe en provenance de l’axe de la Sarre. La localité de Schengen est directement reliée à la région de Sarrelouis par le biais de l'autoroute. Remich n’est en revanche accessible depuis l’Allemagne que via une route nationale (B406). De même, en l’absence de bretelle d’accès/sortie d’autoroute entre Merzig et Perl/Borg, les habitants ne peuvent accéder à la station par l’autoroute.
a) Classement des véhicules allemands par district ayant fréquenté la station-service Total et à l'Autocenter Auto Goedert de Remich, enquête réalisée par l’auteur
b) Publicité de l'Autocenter Goedert dans l’édition du 3 mars 2009 du journal local de Sarrelouis « Stadtrundschau ».

Le taux de fréquentation élevé de la station-service de Remich par des véhicules immatriculés à Merzig résulte du passage des touristes de la pompe qui résident à proximité de la frontière, comme le révèle une enquête réalisée en 2008. Le facteur accessibilité joue donc ici un rôle primordial.

La proportion de clients originaires de la communauté urbaine de Sarrebruck (SB et VK) est d’environ 16 % à Remich, un résultat légèrement supérieur à celui de Schengen. En outre, 8,1 % des clients sont venus du district de Neunkirchen (NK), soit 3,3 % de plus que dans la station de Schengen pourtant plus facilement accessible via l'A8.

3,3 % des véhicules particuliers recensés sont immatriculés dans le district de St. Wendel (WND), le nombre de véhicules en provenance de l’arrondissement de Sarre-Palatinat est presque identique à celui enregistré à Remich (2,7 %).

a) Route de Wasserbillig à Mertert
b) Classement selon le district d'origine des véhicules allemands à la station-service Wolters (Wasserbillig), enquête réalisée par l’auteur   
 

Avec 6,4 % seulement, la part relativement faible des véhicules immatriculés dans le district de Trèves/Trèves-Sarrebourg (TR) en Rhénanie-Palatinat est plutôt surprenante dans la mesure où cette zone est contiguë à la localité de Remich.

Ce résultat obtenu contre toute attente s’explique par le fait que les habitants de cette région privilégient d’autres localités plus facilement accessibles le long de la frontière.

Un autre recensement a été effectué à Mertert-Wasserbillig. Située à environ 14 km de Trèves, la commune est très bien desservie par le réseau routier. On y accède depuis l'Allemagne via deux sorties de l'autoroute E44.

Par ailleurs, la route B49 menant à Trèves sur la rive gauche de la Moselle, passe par Mertert-Wasserbillig. Ces deux routes principales (E44, B49) sont très fréquentées et jouent donc un rôle essentiel dans le tourisme de la pompe à Mertert-Wasserbillig.

La route de Wasserbillig comporte onze stations-services auxquelles viennent s’ajouter deux stations d’autoroute. La mise en rapport du nombre d’habitants avec le nombre de pompes donne un résultat remarquable. Mertert-Wasserbillig compte une population de seulement 3 500 habitants contre un nombre de plus de 198 pompes. La commune dispose donc d'une pompe de carburant pour 18 habitants.

La station service Wolters Discount a été choisie pour l'étude d'observation. Elle est équipée de 18 pompes, d’une boutique et d’une installation de lavage de voitures. Le nombre de pompes et l’assortiment de vente permettent d’effectuer une comparaison avec les deux stations services observées précédemment.

La station essence a enregistré en moyenne un passage de 184 véhicules par heure. Elle fonctionnait alors à 85 % de ses capacités. 93 % des clients venaient d’Allemagne, à peine 1 % de France et environ 6 % du Luxembourg. Le classement des clients allemands selon leur zone d’origine a conduit au résultat suivant :

Parmi les véhicules allemands recensés, on remarque la dominance (51,1 %) des voitures immatriculées à Trèves/Trèves-Sarrebourg (TR). 12 % des véhicules allemands sont immatriculés dans le district de Landkreis Bernkastel-Wittlich (WIL).

Les quatre districts Vulkaneifel (DAU), Bitburg-Prüm (BIT), Cochem-Zell (COC) et Birkenfeld (BIR) représentent au total 25 % des véhicules recensés. La Sarre, incluant les districts de Neunkirchen (NK), Merzig (MZG) et St-Wendel (WND), est la région de provenance d'environ 9,6 % des véhicules, un résultat faible qui était à prévoir compte tenu de la distance relativement importante qui la sépare de la localité.

Ces études d’observation ont donc permis de constater que les stations-services luxembourgeoises situées le long de la frontière avec l'Allemagne bénéficient d'une énorme clientèle allemande.

Bien que la proportion exacte de touristes de la pompe (contrairement aux travailleurs frontaliers et aux automobilistes en transit) ne puisse être déterminée par le biais de ces recensements, l’équipement des stations-services et leurs ventes complémentaires laissent supposer que la majorité des clients étrangers peut être assignée à cette catégorie.

Le trafic de transit privilégie d’autres lieux d’approvisionnement en carburant, une raison pour laquelle les localités observées sont relativement peu fréquentées par les poids lourds.

 
Station-service Schengen/Remerschen
Photo : Ullrich 2009

Sources


Statistische Ämter der Großregion Saar–Lor–Lux–Rheinland-Pfalz–Wallonie (Hg.) 2008: Saar–Lor–Lux–Rheinland-Pfalz–Wallonie: Statistische Kurzinformationen. Koblenz.

Ullrich, D. 2008: Tanktourismus im deutsch-luxemburgischen Grenzraum als Beispiel für die Raumwirksamkeit unterschiedlicher steuerrechtlicher Bestimmungen. Unveröff. Examensarbeit, Saarbrücken.

- Top -
 

Liens externes 


Administration Communale De Schengen 2008: La commune en chiffres  (19.03.2009) external link

FISALIS SA (Hg.) 2008: Viaah! annuaire (06.06.2008) external link

Groupement Pétrolier Luxembourgeois a.s.b.l. (GPL) 2009: Prix et Statistiques, Marché National (04.06.2008) external link

Naumann, C. 2005: Tanktourismus im deutsch-luxemburgischen Grenzraum am Beispiel Mertert-Wasserbillig (05.05.2008) external link pdf

STATEC 2008: Luxemburg in Zahlen (05.04.2009) external link pdf