TEXTE INTEGRAL

Migrants internationaux et migration

 

Birte Nienaber, Ursula Roos

      Sources Liens

Texte intégral


La collecte ainsi que la comparaison des données liées à la migration posent différents problèmes. Comme il n’existe aucune définition uniforme au sein de l’Europe du terme « migrant », il est par exemple difficile de déterminer le chiffre précis des migrants dans un pays défini. Par conséquent, il existe dans les pays européens des critères différents, tels que la durée de séjour effective ou le but du séjour, sur lesquels chaque pays base sa définition (voir Haase & Jugl 2008. Note: Les références se rapportent à tous les paragraphes depuis la référence précédente).

En Allemagne, le Ministère fédéral de l'Intérieur parle d'un processus migratoire lorsqu'une "personne déplace géographiquement son lieu de vie, par migration internationale, lorsque cela se passe au-delà des frontières de l'Etat" (Ministère fédéral de l'Intérieur 2013, page 12).

Si, pour caractériser un groupe de migrants, l’on se base sur le critère « nationalité », les termes « migrant » et « étranger » sont souvent remis sur le même plan, ce qui est trompeur. En effet, chaque personne de nationalité étrangère est considérée comme « étrangère », ce qui ne signifie toutefois pas que cette personne connaît une expérience personnelle de migration. Aussi, tous les « migrants » ne sont pas forcément des « étrangers », comme le montre l’exemple des rapatriés tardifs ainsi que leurs familles.

Carte : Migrants internationaux et migration

Carte : Migrants internationaux et migration

Birte Nienaber, Ursula Roos, Université du Luxembourg

Afin de remédier à ce problème, la catégorie « population étant ou n'étant pas issue de l'immigration » a été introduite en 2005. Elle permet de tenir compte des immigrés et de leurs descendants (voir Statistisches Bundesamt pas d'année précisée).

Selon cette définition entrent dans la population issue de l'immigration toutes les personnes qui « après 1949, sont venues s'installer sur le territoire actuel de la République Fédérale d'Allemagne, tous les étrangers nés en Allemagne et toutes les personnes nées en Allemagne de nationalité allemande ayant au moins un de leur parent venu s'installer ou né en tant qu'étranger en Allemagne. » (Office fédéral de la statistique, pas d'année précisée). Dans les statistiques officielles, on retrouve généralement encore la plupart du temps la différentiation selon la nationalité et non selon que l'on est issu de l'immigration ou non (voir Ministère fédéral de l'Intérieur 2013, page 154).

Photo : U. Roos

Le bureau officiel français, l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) définit un étranger comme étant une personne qui réside en France mais qui ne possède pas la nationalité française, soit qu'elle possède une autre nationalité, soit qu'elle n'en ait aucune. Les personnes de nationalité française possédant également une autre nationalité sont cependant considérées en France comme françaises. Dans ce cas également, un étranger n'est pas forcément un migrant, il peut être né en France (voir INSEE, pas d'année précisée, a).

Contrairement à cela, le Haut Conseil à l'Intégration définit un immigré comme étant une personne née étrangère à l’étranger mais résidant en France (voir INSEE, pas d'année précisée, b). Les personnes qui sont nées à l'étranger de nationalité française, ne sont par conséquent pas comprises dans le groupe des immigrés. Pour cette raison, les termes d'étranger et d'immigré ne peuvent pas être employés en tant que synonymes car un immigré n'est pas nécessairement un étranger (voir INSEE, pas d'année précisée, b).

Cependant, la qualité d'immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s'il devient français par acquisition. « C'est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l'origine géographique d'un immigré » (voir INSEE pas d'année précisée, b).

La situation est similaire dans le Grand-duché de Luxembourg où la majeure partie des statistiques officielles ne donne aucune information sur la migration. Ainsi, la plupart des analyses statistiques ne permettent que de faire apparaître l'appartenance juridique à une nationalité. L'indication de la nationalité ne permet pas de tirer des conclusions sur la propre expérience migratoire, ce qui fait que pour le Grand-duché aussi, l'emploi synonyme de « migrant » et « étranger » serait erroné (voir o. A., pas d'année précisée, page 143).

Aucune information correspondante n'a pu être trouvée pour la Belgique.

Une autre difficulté de la Grande Région est l'enregistrement des migrations internationales, qui comparativement aux migrations nationales, sont moins mesurées systématiquement. Contrairement aux autres régions de la Grande Région, la Lorraine ne possède pas de registre communal de la population, les informations concernant cette région sont donc insuffisantes.

Par conséquent, il faut en France se référer au recensement de la population pour déterminer les afflux bruts des arrivées et des départs en distinguant entre personnes de nationalité française et personnes de nationalité étrangère.

Migrations au-delà des frontières du Land de la Sarre 1995-2010
Base de données : Statistisches Amt Saarland 2011a, p. 2

L'ajustement de données si diverses cache des difficultés méthodologiques, déjà mises en évidence par la délimitation ci-dessus entre eux des termes "immigré" et "étranger". Le pourcentage d'étrangers utilisé pour les comparaisons internationales, en tant que pourcentage d'étrangers rapporté à la population totale, forme une base commune entre différents pays.

Cependant, cet indicateur ne doit pas être considéré comme idéal. En outre, le terme « étranger » n’est pas partout défini de la même sorte, car il dépend des conditions de naturalisation des pays respectifs ainsi que de la volonté de naturalisation des individus (voir François & Moreau 2008, page 1).

Migrations au-delà des frontières du Land de Rhénanie-Palatinat 1950-2010
Base de données : Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz 2011, p. 38

Les différences mises en évidence dans les données pour les différentes régions de la Grande Région génèrent également des difficultés d'harmonisation pour établir les cartes. On dispose ainsi pour le Luxembourg et la Wallonie uniquement de données pour l'année 2001 et 2007, au lieu de 2008.

En Sarre, il est particulièrement difficile de se procurer une liste des personnes selon la nationalité au niveau des arrondissements, car ces informations ne sont relevées ni par l'office de la statistique ni par le service des étrangers. Le décompte des 52 villes et communes sarroises a permis de générer des informations pour les arrondissements à partir des différentes données. Cependant, les inexactitudes ne manquent pas. En effet, pour des raisons techniques, deux communes n’ont pas pu fournir de données et n’ont pas pu être intégrées dans l’arrondissement correspondant.

En outre, cette liste a été établie en partie avec les nationalités selon l’habitation principale, l’habitation principale et secondaire ou sans aucune autre information complémentaire.

Dans les deux régions du Luxembourg et de la Lorraine, seules des listes selon les pays d'origine ou régions regroupées suivants étaient disponibles :

Luxembourg : Portugal, France, Italie, Belgique, Allemagne, (Ex-)Yougoslavie et d'autres pays

Lorraine : Portugal, Italie, Espagne, Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie, autres pays de l'UE des 27, autres pays d'Europe, autres pays africains, autres pays

En fonction des listes disponibles, les cinq nationalités les plus récurrentes ont été déterminées. Cependant, d'autres pays d'origine principale importants peuvent y figurer qui ne peuvent pas être identifiés du fait du cumul des listes. Pour calculer le pourcentage d’étrangers, les données des bureaux de la statistique ont été utilisées, à l'exception de la Sarre. En interrogeant la population sur sa nationalité au niveau des communes dans la Sarre, il a été possible de calculer directement le pourcentage précis d'étrangers qui s'écarte parfois fortement des données indiquées par le bureau de la statistique de la Sarre, du fait que la base des données diffère.

Pour mieux pouvoir comparer avec les autres régions de la Grande Région, un fichier qui différencie entre Français et non-français au lieu de différencier les immigrés des non-immigrés a servi pour calculer la proportion d’étrangers en Lorraine. Cette dernière distinction correspond plus à la différentiation allemande selon que l'on est issu de l'immigration ou non, raison pour laquelle son utilisation aurait généré des distorsions par rapport aux autres données.

Si l'on considère la mutation démographique et le recul des naissances qui lui est lié dans certaines parties de la Grande Région, la migration est de plus en plus significative ces dernières années. Même la croissance actuelle de la population est due avant tout dans la Grande Région, outre la surnatalité, à des soldes migratoires positifs non négligeables.

Dans la période de 1990 à 2006, l'immigration nette s'élevait pour la Grande Région à 558 500 personnes, le phénomène migratoire dans les différentes parties de cette région influençant dans des proportions variées le développement de la population (voir Lübbers 2008, p. 199-200).

Ainsi, dans la période correspondante dans la Sarre, on a pu relever des excédents migratoires d'environ 35 300 personnes. En 1990, l’immigration atteignait un pic de 9 689 personnes. Depuis 2004, ce Land connaît un solde migratoire négatif qui a été à nouveau très légèrement positif pour la première fois en 2010.

Entre 1990 et 2006, 82 600 personnes en tout ont émigré de la Lorraine, ce qui correspond à un déficit migratoire annuel moyen de 4 860 personnes (voir Lübbers 2008, p. 200).

Les immigrés turcs sont notamment souvent actifs comme petits entrepreneurs, dans les magasins d'alimentation et dans le secteur de la restauration. Bistrot turc en Sarre
Photo : U. Roos

Répartition par nationalité de la population résidente étrangère de Wallonie au 01.01.2008
Base de données : IWEPS,
pas d'année précisée, b

Le Luxembourg, la Wallonie et la Rhénanie-Palatinat affichent une image tout à fait contraire, on y enregistre pour la période considérée des soldes migratoires positifs de 72 400, 104 300 et 429 200 personnes respectivement. Alors que le Grand-duché de Luxembourg, si l'on considère les chiffres absolus, était en retrait derrière la Wallonie et la Rhénanie-Palatinat, il a atteint le taux le plus élevé en 2006 avec un taux d'immigration net de 11,3, suivi par la Wallonie (2,7), la Rhénanie-Palatinat (1,0) ainsi que la Lorraine (-1,1) et la Sarre (-2,0) (voir Lübbers 2008, p. 200).

La très forte attractivité de certaines régions qui se reflète dans les différents soldes migratoires positifs est due avant tout au développement économique de chaque région, outre une politique de d'émigration favorable et la mobilité croissance de la population active (voir Lübbers 2008, p. 201). Mais par le passé aussi, les processus migratoires internationaux ont joué un rôle important, de sorte qu'une grande partie des sociétés européennes pourrait être définie comme étant des sociétés d'émigration.

Du point de vue historique, les processus migratoires peuvent être divisés en plusieurs phases étroitement liées aux développements économiques et aux changements de la qualité de vie. Les exemples du passé sont le recrutement de main d'œuvre étrangère, l'afflux des demandeurs d'asile et de réfugiés, ainsi que le phénomène des transfrontaliers qui est notamment particulièrement marqué dans la Grande Région.

L'apparition de cette forme de migration spécifique est due à la position de la Grande Région au sein de l'Europe et à sa proximité géographique avec d'autres Etats. La migration transfrontalière a été facilitée par de nouvelles réglementations, telles que la Convention de Schengen, donnant accès au marché du travail au-delà des frontières.

Alors que l’afflux de rapatriés et rapatriés tardifs est caractéristique pour l’Allemagne, la Lorraine et la Wallonie sont marquées par l’arrivée de personnes des pays du Maghreb. L'histoire des flux migratoires se reflète également dans les nationalités principales de différentes régions. Alors qu'en Allemagne, les nationalités turque et italienne dominent, le Luxembourg est fortement marqué par la présence de personnes du Portugal.

Même en Wallonie, on voit aujourd'hui encore l'influence des accords d'embauche de main d'œuvre étrangère dans certaines régions. Ainsi, la nationalité italienne dans certains arrondissements est de loin la nationalité étrangère la plus représentée.

La Lorraine affiche ses liens avec l'ère coloniale par des personnes de nationalité algérienne et marocaine (pour le Luxembourg et la Lorraine, on dispose uniquement d'un listage selon les nationalités, voir explication plus haut). 

La Rhénanie-Palatinat présente une particularité avec la population américaine qui est plus fortement représentée dans certains arrondissements du Land en raison des bases d'appui militaire comme à Ramstein et Spangdahlem.

On remarque notamment les pourcentages élevés d'étrangers le long des frontières nationales entre l'Allemagne, le Luxembourg et la France ainsi que la Wallonie, la France, les Pays-Bas et l'Allemagne.

La raison en est le caractère transfrontalier de la Grande Région. Ainsi, les communes allemandes proches du Luxembourg présentent des proportions importantes de Luxembourgeois.

Même en Wallonie de l'ouest vivent de plus en plus de Français alors que des personnes de nationalité allemande s'établissent dans les communes germanophones du Nord-Est, où il n'y a pratiquement pas de barrière linguistique.

Les travailleurs immigrés ont commencé à s’installer dans les zones urbanisées du fait de l'emploi disponible et de l'offre d'habitation. Ce n’est que plus tard que la proportion d’étrangers a également augmenté dans les régions rurales.

 
Le lycée Schengen germano-luxembourgeois external link créé en 2007 à Perl sur la base d'un accord germano-luxembourgeois est une école transfrontalière qui est fréquentée presque à parts égales par des enfants du Grand-duché et de la commune de Perl. Photo : © GR-Atlas

Evolution de la population totale du Luxembourg, des Luxembourgeois et des étrangers de 1981 à 2010
Base de données : Statec 2011, p. 93

En outre, en raison des différents développements historiques et économiques, il existe également des différences au sein des différentes régions de la Grande Région.

Ainsi, le Grand-duché de Luxembourg affiche de loin le plus grand pourcentage d'étrangers en 2011, soit 43,2%. Viennent ensuite la Wallonie avec 9,3% (2008), la Lorraine avec 7,8% (2008), la Rhénanie-Palatinat avec 7,7% (2010) et la Sarre avec 7,6 % (2010).

Dans la Sarre, la plupart des personnes de nationalité étrangère habitent dans le groupement régional de Sarrebruck, tandis qu’en Rhénanie-Palatinat, elles se concentrent dans les villes-arrondissement Ludwigshafen et Mayence et au Luxembourg à Luxembourg-Ville.

En outre, on enregistre des pourcentages élevés d'étrangers en Wallonie, plus précisément à Charleroi et Namur qui sont les centres économiques de la région et présentent à ce titre un intérêt pour les immigrés de l'étranger.

La Lorraine présente du fait de sa structure géographique très petite, de nombreuses communes avec un pourcentage d'étrangers de 0 %. Même si l'on considère un territoire plus important, la proportion d'étrangers y est globalement très faible si on la compare aux autres régions de la Grande Région.

Seules des zones isolées comme les deux communes de Grandrupt-de-Bains et Le Magny au sud se distinguent par un pourcentage d'étrangers légèrement supérieur, à savoir de plus de 20 %. Du fait du faible nombre d'habitants de ces communes, à savoir bien en dessous de 100 personnes, des familles n’ayant pas la nationalité française peuvent déjà représenter un pourcentage élevé d'étrangers.

Pour les pays d'immigration, les mouvements migratoires sont liés d'une part à des innovations techniques et économiques et à un changement social, mais ils génèrent d'autre part des problèmes sociaux. Ainsi, l’immigration soulève également des questions d’intégration qui met la société d’accueil ainsi que la population allochtone devant de grands défis. « … une ouverture interculturelle des institutions de la société d’accueil » est fondamentale pour une intégration réussie des personnes de nationalité étrangère (Filsinger, Rotink & Willems 2009, p. 1130).

En outre, les relations d’échange entre la société ethnique et la société d’accueil jouent un rôle important. Un autre facteur essentiel est le soutien dans la vie de tous les jours. En profitent notamment les groupes de personnes qui sont plus concernés par les « processus de la souffrance et de l’échec » (Filsinger, Rotink & Willems 2009, p. 1122). Selon Filsinger, Rotink et Willems (2009, p. 1122) en font également partie les groupes de travailleurs immigrés classiques ainsi que les demandeurs d’asile ou les réfugiés de guerre.

à suivre ...
 
 - Top -

Sources


Bertelsmann Stiftung (Hrsg.) o.J.: Demographiebericht. Ein Baustein des Wegweisers Kommune. Perl. Bottieau, V. & Eggerickx, T. (2011): Défi démographique. In: Droeven, E. & Teller, J. (Hrsg.): Les Défis. Namur, S. 13-18.

Bottieau, V. & Eggerickx, T. (2011): Défi démographique. In: Droeven, E. & Teller, J. (Hrsg.): Les Défis. Namur, S. 13-18.Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (Hrsg.) (2006): Asyl in Zahlen. Nürnberg.

Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (Hrsg.) (2006): Asyl in Zahlen. Nürnberg.

Bundesministerium des Inneren (Hrsg.) (2011): Migration und Integration. Aufenthaltsrecht, Migrations- und Integrationspolitik in Deutschland. Berlin.

Bundesministerium des Inneren (Hrsg.) (2013): Migrationsbericht des Bundesamtes für Migration und Flüchtlinge im Auftrag der Bundesregierung. Migrationsbericht 2011. Berlin.

Butterwegge, C. (2005): Von der „Gastarbeiter“-Anwerbung zum Zuwanderungsgesetz. Migrationsgeschehen und Zuwanderungspolitik in der Bundesrepublik.

Consulat de France (Hrsg.) (o.J.): La politique d’immigration de la France.

Deutsch, D. (2002): Patrons, Mineurs et Autres …. Sarreguemines.

Deutscher Bundestag (Hrsg.) (2011): Ausländische Streitkräfte in Deutschland.

Eggerickx, T., Poulain, M. & Kesteloot, C. (2002): La population allochtone en Belgique. Monographie n° 3 du recensement de la population de 1991. Bruxelles.

Ertl, D. (2007a): Bevölkerungsentwicklung 2006. Stärkster Bevölkerungsrückgang seit 1978. In: Statistisches Quartalsheft Saarland, H. III, S. 21-29.

Ertl, D. (2007b): Der demografische Wandel im Saarland. Ergebnisse der 11. Koordinierten Bevölkerungsvorausberechnung. In: Statistisches Quartalsheft Saarland, H. IV, S. 5-21.

Eurostat (Hrsg.) (2012): Asyl in der EU27. Die Anzahl der registrierten Asylbewerber in der EU27 stieg auf 301 000 im Jahr 2011.

Fehlen, F. (o.J.): Multiplicity. Eine plurale Stadt im Spiegel der Sozialwissenschaften.

Ferry, V. (2008): Histoire de l’immigration en Lorraine.

Filsinger, D., Rotink, G. & Willems, H. (2009): Migration, Interkulturalität und Soziale Arbeit. In: Willems, H., Rotink, G., Ferring, D., Schoos, J., Majerus, M., Ewen, N., Rodesch-Hengesch, M. A., Schmit, C. (Hrsg.): Handbuch der sozialen und erzieherischen Arbeit in Luxemburg. Luxemburg, S. 1119-1135.
François, J.-P. & Moreau, G. (2008): Einwanderungsstatistik in der Großregion. Ein Harmonisierungsversuch. In: Économie Lorraine, N° 141, Septembre 2008. Nancy.

Frys, W. & Nienaber, B. (2011): Die Situation der Wohnmigranten im ländlichen Saarland. In: Hege, H.-P., Knapstein, Y., Meng, R., Ruppenthal, K., Schmitz-Veltin, A. & Zakrzewski, P. (Hrsg.): Schneller, öfter, weiter? Perspektiven der Raumentwicklung in der Mobilitätsgesellschaft. Hannover (= Arbeitsberichte der ARL 1), S. 94-104.

Gemeinde Perl (Hrsg.) (2009): Vergaberichtlinien für die Überlassung von Wohnbaustellen in der Gemeinde Perl vom 12. März 2009.

Gemeinde Perl (Hrsg.) (o.J.): Baugebiete in der Gemeinde Perl.

Geyer, S. (2009): Siedlungsentwicklung im deutsch-luxemburgischen Grenzraum. Arbeitsfelder und Handlungsempfehlungen zur Steuerung am Beispiel des Landkreises Trier-Saarburg. In: Troeger-Weiß, G. & Domhardt, H.-J. (Hrsg.): Arbeitspapiere zur Regionalentwicklung. Elektronische Schriftenreihe des Lehrstuhls Regionalentwicklung und Raumordnung. Band 2. Kaiserslautern.

Hartmann, G. (2010): Migration und Integration im Saarland. Der deutsche Pass sagt noch nichts aus. In: Arbeitnehmer. Zeitschrift der Arbeitskammer des Saarlandes. Heft 6, S. 6-9.

Haase, M. & Jugl, J. C. (2008): Migration im europäischen Vergleich – Zahlen, Daten, Fakten?

Hohnhorst, M. von (2007): Die Bevölkerungsentwicklung im Saarland. In: Dörrenbächer, P., Kühne, O. & Wagner, J. M. (Hrsg.) (2007): 50 Jahre Saarland im Wandel. Saarbrücken, S. 69-82.

INSEE (Hrsg.) (o.J.a): Étranger.

INSEE (Hrsg.) (o.J.b): Immigré.

INSEE (Hrsg.) (o.J.c): Étrangers en 2008: Comparaisons départementales.

INSEE (Hrsg.) (o.J.d): Profil et implantation géographique.

INSEE (Hrsg.) (o.J.e): Bevölkerung.

INSEE (Hrsg.) (o.J.f): Population selon la nationalité au 1er janvier 2008.

INSEE (Hrsg.) (o.J.g): Les immigrés en Lorraine : des origines de plus en plus diversifiées.

Institut für Entwicklungsforschung, Wirtschafts- und Sozialplanung (Hrsg.) (2005): Weißbuch Flüchtlinge und Asylbewerber/innen im Saarland 2004. Saarbrücken.

Institut für Regionale Sozialforschung (Hrsg.) (2008): Soziale Situation und Infrastruktur für ausgewählte Zielgruppen in der Stadt Luxemburg. Ville de Luxembourg: La ségrégation à travers les mouvements migratoires.

Institut für Regionale Sozialforschung (Hrsg.) (2009): Soziale Situation und Infrastruktur für ausgewählte Zielgruppen in der Stadt Luxemburg. Trier.

IWEPS (Hrsg.) (o.J.a): Mouvement de la population.

IWEPS (Hrsg.) (o.J.b): Population étrangère selon la nationalité.

Jurecka, P. (1998): Ältere Migranten im Saarland. Situation und Perspektiven. In: AK Beiträge. Nr. 3, Jahrgang 11. Saarbrücken.

Köppen, B. & Müller M. (2012): Russisch? Deutsch? Russlanddeutsch?. Empirische Erkenntnisse zur Integration und Identität von Spätaussiedlern in Rheinland-Pfalz. In: Köppen, B., Gans, P., Milewski, N. & Swiaczny, F. (Hrsg.): Internationalisierung: Die unterschätzte Komponente des demographischen Wandels in Deutschland? (=Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Demographie Bd. 5), Norderstedt, S. 119-142.

Kröhnert, S., Van Olst, N. & Klingholz, R. (2005): Deutschland 2020. Die demografische Zukunft der Nation. Berlin.

Landesjugendhilfeausschuss (Hrsg.) (2002): Integration junger Aussiedlerinnen und Aussiedler. Herausforderung für die Jugendarbeit und Jugendsozialarbeit.

Le Gouvernement du Grand-Duché du Luxembourg (Hrsg.) (2012): Demandeurs de protection internationale: structures de logement et conditions d’octroi d’une aide sociale.

Lübbers, P. (2008): Bevölkerungsentwicklung in der Großregion Saar-Lor-Lux-Rheinland-Pfalz-Wallonie. In: Statistische Monatshefte Rheinland-Pfalz, 03/2008, S. 194-201.

Manço, A. (o.J.): Quarante ans d'immigration en Wallonie (1960-2000). Bilan et perspectives d'intégration des communautés maghrébines, turques et africaines subsahariennes.

Ministère de la Famille et de l’Integration (Hrsg.) (2010): Integrations- und Partizipationsdefizite von Jugendlichen mit Migrationshintergrund.

Ministère des Affaires étrangères (Hrsg.) (2012): Service des Réfugiés. Statistiques concernant les demandes de protection internationale au Grand-Duché des Luxembourg. Mois de février 2012.

Ministerium für Arbeit, Familie, Prävention, Soziales und Sport (Hrsg.) (o.J.): Integration.

Minister für Arbeit, Gesundheit und Sozialordnung (Hrsg.) (1978): Aussiedler im Saarland 1977. Saarbrücken.

Minister für Arbeit, Gesundheit und Sozialordnung (Hrsg.) (1981): Aussiedler und Zuwanderer. Ausländische Flüchtlinge. Asylbewerber im Saarland 1980. Saarbrücken.

Minister für Arbeit, Gesundheit und Sozialordnung (Hrsg.) (1982): Aussiedler und Zuwanderer. Ausländische Flüchtlinge. Asylbewerber im Saarland 1981. Saarbrücken.

Minister für Arbeit, Gesundheit und Sozialordnung (Hrsg.) (1983): Aussiedler und Zuwanderer. Ausländische Flüchtlinge. Asylbewerber im Saarland 1982. Saarbrücken.

Minister für Arbeit, Gesundheit und Sozialordnung (Hrsg.) (1988): Landesprogramm zur Aufnahme und Eingliederung von Aussiedlern im Saarland. Saarbrücken.

Ministerium für Arbeit, Soziales, Gesundheit, Familie und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2007a): Zuwanderungs- und Integrationsbericht der Landesregierung Rheinland-Pfalz 2005-2006. Mainz.

Ministerium für Arbeit, Soziales, Gesundheit, Familie und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2007b): Verschiedene Kulturen – Leben gemeinsam gestalten. Integrationskonzept des Landes Rheinland-Pfalz. Mainz.

Ministerium für Arbeit, Soziales, Gesundheit, Familie und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2009): Zuwanderungs- und Integrationsbericht der Landesregierung Rheinland-Pfalz 2007-2008. Mainz.

Ministerium für Arbeit, Soziales, Gesundheit, Familie und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2011): Zuwanderungs- und Integrationsbericht der Landesregierung Rheinland-Pfalz 2009-2010. Mainz.

Ministerium für Inneres, Familie, Frauen und Sport (Hrsg.) (2005): Integrationskonzept der saarländischen Landesregierung. Saarbrücken.

Ministerium für Integration, Familie, Kinder, Jugend und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (o.J.a): Schott AG. Die Gastarbeiter kommen.

Ministerium für Integration, Familie, Kinder, Jugend und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (o.J.b): Ausgangssituation in den Herkunftsländern.

Ministerium für Soziales, Gesundheit und Umwelt (Hrsg.) (1981): Eingliederung ausländischer Arbeitnehmer und ihrer Familien in Rheinland-Pfalz. Daten, Grundsätze, Maßnahmen. Mainz.

Nienaber, B. und Roos, U. (2012): Der demographische Wandel und die Integration von Migranten in den saarländischen Kleinstädten Perl und Schmelz. In: Köppen, B., Gans, P., Milewski, N. & Swiaczny, F. (Hrsg.): Internationalisierung: Die unterschätzte Komponente des demographischen Wandels in Deutschland? (=Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Demographie Bd. 5), Norderstedt, S. 87-116.

Pauly, M. (2010): Le phénomène migratoire: une constante de l’histoire luxembourgeoise. In: Association de Soutien aux Travaillieurs Immigrés (Hrsg.): ASTI 30+. 30 ans des migrations/30 ans de recherches/30 ans d’engagements. Luxembourg, S. 62-75.

Ramm, M. (1999): Saarländer im grenznahen Lothringen. In Geographische Rundschau, Heft 2, S.110-115.

Riouffrait, M. (2008): La demande d’asile en France et la situation en Lorraine.

Scholz, A. (2012): Migrationspolitik zwischen moralischem Anspruch und strategischem Kalkül. Wiesbaden.

Schumann, F.-J. (1990): Aus- und Übersiedler im Landkreis St. Wendel. In: Landrat des Kreises St. Wendel (Hrsg.): Heimatbuch des Landkreises St. Wendel. St. Wendel. Ausgabe 1989/1990, S. 41-46.

Scuto, D. (2009): Migrationspolitik: Entwicklung und gegenwärtige Gestalt. In: Willems, H., Rotink, G., Ferring, D., Schoos, J., Majerus, M., Ewen, N., Rodesch-Hengesch, M. A., Schmit, C. (Hrsg.): Handbuch der sozialen und erzieherischen Arbeit in Luxemburg. Luxemburg, S. 343-350.

Service information et presse du gouvernement luxembourgeois (Hrsg.) (2014): Société aux aspects multiculturels.

SESOPI-Centre Intercommunautaire asbl (Hrsg.) (2007): Chiffres clés sur la population du Luxembourg. Luxembourg.

Statec (Hrsg.) (2011): 2010 annuaire de statistique du Luxembourg. Luxembourg.

Statec (Hrsg.) (o.J.): Arrivées, départs et excédents des arrivées sur les départs 1967-2010.

Statistisches Amt des Saarlandes (Hrsg.) (1965): Statistische Berichte des statistischen Amtes des Saarlandes. Saarbrücken.

Statistisches Amt des Saarlandes (Hrsg.) (1967): Statistische Berichte des statistischen Amtes des Saarlandes. Saarbrücken.

Statistisches Amt des Saarlandes (Hrsg.) (1973): Statistische Berichte des statistischen Amtes des Saarlandes. Saarbrücken.

Statistisches Amt des Saarlandes (Hrsg.) (1974): Statistische Berichte des statistischen Amtes des Saarlandes. Saarbrücken.

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2008): Trendreport Demografie. Analysen und Zeitreihen zur zukünftigen Entwicklung im Saarland. 11. koordinierte und regionalisierte Bevölkerungsvorausberechnung. Bevölkerungsentwicklung und –struktur. Saarbrücken.

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011a): Wanderungen 2010, Saarbrücken.

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011b): Mehr EU-Ausländer im Saarland.

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011c): Fläche, Bevölkerung in den Gemeinden am 31.12.2010 nach Geschlecht, Einwohner je km² und Anteil an der Gesamtbevölkerung.

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011d): Ausländer im Saarland am 31. Dezember nach Staatsangehörigkeit.

Statistisches Bundesamt (Hrsg.) (o.J.): Personen mit Migrationshintergrund.

Statistisches Bundesamt (Hrsg.) (2011): Bevölkerung und Erwerbstätigkeit. Ausländische Bevölkerung. Ergebnisse des Ausländerzentralregisters. Wiesbaden.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2011): Statistische Berichte. Bevölkerungsvorgänge 2010. Bad Ems.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2011): Ausländer in Rheinland-Pfalz nach Staatsangehörigkeit 2008. Bad Ems.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2008): Statistische Analysen. Menschen mit Migrationshintergrund in Rheinland-Pfalz. Ergebnisse des Mikrozensus 2006. Bad Ems.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2011a): Statistische Berichte. Bevölkerungsvorgänge 2010. Bad Ems.

Statistisches Landesamt Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (2011b): Ausländer in den Kreisen nach Staatsangehörigkeit 2008-2010. Unveröffentlichte Zusammenstellung.

Statistisches Landesamt Saarland (Hrsg.) (2000): Statistisches Jahrbuch Saarland 2000. Saarbrücken.

Vogelgesang, W. (2008): Jugendliche Aussiedler. Zwischen Entwurzelung, Ausgrenzung und Integration. Weinheim & München.

Wille, C. (2007): Identität und Arbeitsmarkt: Zur Ambivalenz des Grenzgängerdiskurses. In: Forum für Politik, Gesellschaft und Kultur in Luxemburg, Nr. 271, 2007, S. 48-50.

Wille, C. (2011): Vertraute Fremde. Repräsentationen und Status von Grenzgängern in Luxemburg. In: Interculture Journal. Zeitschrift für Interkulturelle Studien. Jahrgang. 10 (2011), Heft 13, S. 101-114.

Willems, H., Milmeister, P., Hartmann-Hirsch, C. & Kollwelter, S. (2009): Migration und Immigration. In: Willems, H., Rotink, G., Ferring, D., Schoos, J., Majerus, M., Ewen, N., Rodesch-Hengesch, M. A., Schmit, C. (Hrsg.): Handbuch der sozialen und erzieherischen Arbeit in Luxemburg. Luxemburg, S. 165-182.

- Top -

Liens externes


Bertelsmann Stiftung (Hrsg.) o.J.: Demographiebericht. Ein Baustein des Wegweisers Kommune. Perl external link

Butterwegge, C. (2005): Von der „Gastarbeiter“-Anwerbung zum Zuwanderungsgesetz. Migrationsgeschehen und Zuwanderungspolitik in der Bundesrepublik external link

Consulat de France (Hrsg.) (o.J.): La politique d’immigration de la France external link

Deutscher Bundestag (Hrsg.) (2011): Ausländische Streitkräfte in Deutschland external link pdf

Eurostat (Hrsg.) (2012): Asyl in der EU27. Die Anzahl der registrierten Asylbewerber in der EU27 stieg auf 301 000 im Jahr 2011 external link pdf

Fehlen, F. (o.J.): Multiplicity. Eine plurale Stadt im Spiegel der Sozialwissenschaften external link pdf

Ferry, V. (2008): Histoire de l'immigration en Lorraine external link pdf

Frys, W. & Nienaber, B. (2011): Die Situation der Wohnmigranten im ländlichen Saarland external link pdf

Gemeinde Perl (Hrsg.) (2009): Vergaberichtlinien für die Überlassung von Wohnbaustellen in der Gemeinde Perl vom 12. März 2009 external link pdf

Gemeinde Perl (Hrsg.) (o.J.): Baugebiete in der Gemeinde Perl external link

Haase, M. & Jugl, J. C. (2008): Migration im europäischen Vergleich – Zahlen, Daten, Fakten? external link

INSEE (Hrsg.) (o.J.a): Étranger external link

INSEE (Hrsg.) (o.J.b): Immigré external link

INSEE (Hrsg.) (o.J.c): Étrangers en 2008: Comparaisons départementales external link

INSEE (Hrsg.) (o.J.d): Profil et implantation géographique external link pdf

INSEE (Hrsg.) (o.J.e): Bevölkerung external link pdf

INSEE (Hrsg.) (o.J.f): Population selon la nationalité au 1er janvier 2008 external link

INSEE (Hrsg.) (o.J.g): Les immigrés en Lorraine : des origines de plus en plus diversifiées external link

Institut für Regionale Sozialforschung (Hrsg.) (2008): Soziale Situation und Infrastruktur für ausgewählte Zielgruppen in der Stadt Luxemburg. Ville de Luxembourg: La ségrégation à travers les mouvements migratoires external link pdf

IWEPS (Hrsg.) (o.J.a): Mouvement de la population external link

IWEPS (Hrsg.) (o.J.b): Population étrangère selon la nationalité external link

Landesjugendhilfeausschuss (Hrsg.) (2002): Integration junger Aussiedlerinnen und Aussiedler. Herausforderung für die Jugendarbeit und Jugendsozialarbeit external link pdf

Le Gouvernement du Grand-Duché du Luxembourg (Hrsg.) (2012): Demandeurs de protection internationale: structures de logement et conditions d’octroi d’une aide sociale external link

Manço, A. (o.J.): Quarante ans d'immigration en Wallonie (1960-2000). Bilan et perspectives d'intégration des communautés maghrébines, turques et africaines subsahariennes external link

Ministère de la Famille et de l’Integration (Hrsg.) (2010): Integrations- und Partizipationsdefizite von Jugendlichen mit Migrationshintergrund external linkpdf

Ministère des Affaires étrangères (Hrsg.) (2012): Service des Réfugiés. Statistiques concernant les demandes de protection internationale au Grand-Duché des Luxembourg. Mois de février 2012 external link

Ministerium für Arbeit, Familie, Prävention, Soziales und Sport Saarland (Hrsg.) (o.J.): Integration external link

Ministerium für Integration, Familie, Kinder, Jugend und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (o.J.a): Schott AG. Die Gastarbeiter kommen external link

Ministerium für Integration, Familie, Kinder, Jugend und Frauen Rheinland-Pfalz (Hrsg.) (o.J.b): Ausgangssituation in den Herkunftsländern external link

Riouffrait, M. (2008): La demande d’asile en France et la situation en Lorraine external link pdf

Service information et presse du gouvernement luxembourgeois (Hrsg.) (2014): Société aux aspects multiculturels external link

Statec (Hrsg.) (o.J.): Arrivées, départs et excédents des arrivées sur les départs 1967-2010 external link

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011a): Wanderungen 2010, Saarbrücken external link pdf

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011b): Mehr EU-Ausländer im Saarland external link pdf

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011c): Fläche, Bevölkerung in den Gemeinden am 31.12.2010 nach Geschlecht, Einwohner je km² und Anteil an der Gesamtbevölkerung external link pdf

Statistisches Amt Saarland (Hrsg.) (2011d): Ausländer im Saarland am 31. Dezember nach Staatsangehörigkeit external link pdf

Statistisches Bundesamt (Hrsg.) (o.J.): Personen mit Migrationshintergrund external link

- Top -